Archive for février, 2010

Johnny Moss – l’histoire d’un titan du poker

vendredi, février 12th, 2010

Le monde du poker est peuplé de personnages excentriques, qui laissent leurs empreinte sur le jeu. De temps en temps, les gens se souviennent avec plaisir des premiers joueurs professionnels, ceux qui ont donné une autre définition au poker, grâce à  leur passion. L’un de ces fondateurs est Johnny Moss, connu dans ses dernières années de vie comme « Grand Old Man », en raison de son vénérable âge, mais aussi pour sa grande connaissance du jeu.

Johnny Moss a été l’un des plus grands champions de poker, voire le mieux joueur de tous les temps, selon certains.

Débutant comme un expert de la triche, il a écrit une page de l’histoire du poker en 1949, en jouant un heads-up avec un joueur riche, Nick « The Greek » Dandolos – un autre nom sonore du domaine. Ce heads-up a duré plus de cinq mois. La partie a culminé avec les fameuses paroles de Dandolos: « M. Moss, je dois vous quitter ». C’est ainsi que prit fin un affrontement entre deux gentilshommes du poker.

Selon les dites, Moss aurait pris à  son adversaire environ 4 millions de dollars, mais le véritable vainqueur de cette partie a été, peut-être, le propriétaire du casino. Benny Binion a attiré l’attention sur son Horseshoe Casino de Las Vegas en plaçant le match près de l’entrée du casino. L’établissement a aussi encaissé pas mal d’argent, grâce à  la passion de Moss et Dandolos pour la table de craps.

Deux décennies plus tard, Moss devenait le champion de la première édition WSOP. Le titre ne lui a pas été attribué selon les règles d’aujourd’hui. Il a été désigné gagnant suite à  un vote sur « qui avait été le meilleur ». Tout le monde a voté pour lui-même comme le numéro 1, mais Moss a obtenu la plupart des votes pour le numéro 2.

Moss a été aussi un partisan fervent du jeu de golf. Sur le terrain de golf, il a été l’auteur d’une ingénieuse technique de triche. Johnny Moss aimait jouer, tout comme il aimait gagner.

MGM Mirage met en vente Borgata

mercredi, février 3rd, 2010

Pendant des années, les législateurs de New Jersey ont soulevé des questions sur le succès de MGM Mirage en Asie. Maintenant, la compagnie a une réponse: quitter l’Atlantic City.

MGM Mirage envisage de céder sa participation de 50% au complexe Borgata. Aucun papier n’a été encore signé. La compagnie espère que la vente de ses intérêts d’Atlantic City va convaincre les régulateurs de New Jersey de limiter leur surveillance sur l’entreprise. Tout examen supplémentaire peut créer des problèmes à  la société.

En 2009, l’autorité réglementaire des jeux de New Jersey a réalisé un rapport confidentiel affirmant que l’entreprise devrait se dissocier de son partenaire de Macao, Pansy Ho. Celle-ci a été cataloguée comme un partenaire « importun ». Le rapport n’a pas précisé les raisons pour lesquelles Pansy Ho avait été jugée inappropriée. Les allégations de crime organisé pesant sur son père, Stanley Ho, ont été repoussées par Mme Ho.

Alan Feldman, le porte-parole de MGM Mirage, a déclaré que la compagnie n’était pas d’accord avec le rapport défavorable à  Pansy Ho. Il n’a pas fait d’autres commentaires.

Après un examen de deux ans, les autorités de Nevada ont établi que le partenariat de MGM Mirage avec Pansy Ho ne posait aucune menace à  la compagnie ou à  l’Etat du Nevada. Deux autres Etats n’ont pas entrepris de contrà´les. De plus, la décision de MGM Mirage de quitter l’Atlantic City est un signe que l’entreprise déplace son centre d’intérêt en Asie.

Les recettes des jeux à  l’Atlantic City tombent depuis plus d’une décennie, alors que la province de Macau se développe rapidement. Macau a dépassé Las Vegas en recettes provenues des jeux. Fin décembre 2009, l’ancienne province portugaise affichait une croissance annuelle de 48%.

MGM Mirage a d’abord essayé d’entrer sur le marché de Macau en 2002, mais ne s’est pas retrouvé parmi les opérateurs agréés. Elle a ensuite établi une co-entreprise avec Mme Ho, la MGM Grand Macau.

A Atlantic City, MGM Mirage possède la moitié de l’hà´tel Borgata. L’autre moitié est détenue par Boyd Gaming Group, qui est aussi l’administrateur de la propriété. A son ouverture en 2003, celle-ci était cotée à  1,1 milliard de dollars. Depuis, Boyd et MGM Mirage y ont investi 600 millions de dollars.